Tourisme local durable : une activité prometteuse

Entretien réalisé avec Kouakou Emmanuel

Gethème: Bonjour Emmanuel, peux-tu te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas ?

Bonjour, je suis Kouakou Kouamé Kouakou Paul Emmanuel. Etudiant au département Tourisme Espace et Société de l’Université de San Pedro et par ailleurs délégué des étudiants.

Gethème: D’où tires-tu la notion « tourisme local durable » ?

Le tourisme local durable est une formulation personnelle mais qui s’inspire des travaux de Florence Piron en lien avec le développement local durable.

Gethème: Peux-tu nous expliquer cette contribution de Florence Piron ?

Florence Piron est une anthropologue canadienne qui a porté ces réflexions sur plusieurs notions entre autres la boutique des sciences et des savoirs, la justice cognitive et le développement local durable.

Elle préconise dans une perspective épistémologique des valeurs scientifiques de respect des diversités des savoirs. Elle met aussi en exergue la prise en compte des autres formes des savoir dans la construction des connaissances scientifiques. Dr IRIE Gethème affirme à son propos que : « C’était une femme passionnée de sciences. Il l’appelait affectueusement l’amazone de la justice cognitive parce qu’elle se battait pour qu’on reconnaisse les spécificités scientifiques de l’Afrique. »

Florence postule aussi que les sciences devaient être contextualisées car devant répondre prioritairement aux besoins des hommes et des femmes où ces sciences sont enseignées.

Gethème: Tu as évoqué à l’instant le concept de développement local. A quoi pourrait-il renvoyer ?

Selon Florence le développement local durable est la valorisation des ressources qu’on a sur nos territoires et cela par le concours des premiers concernés ceux qui sont proches de cette ressource. A l’aune de ce préalable, nous pouvons promouvoir le concept de tourisme local durable par le biais du dispositif appelé Boutique des sciences.

Gethème: C’est quoi une boutique des sciences ?

Les boutiques des sciences et des savoirs du point de vue de Florence sont des dispositifs mis en place pour qu’un projet puisse être effectué par un étudiant en synergie avec des communautés locales qui formulent leurs besoins à l’université ; le tout sous le contrôle d’un enseignant. Ainsi, la boutique des sciences permet de rapprocher les universités des populations pour plus d’attractivité autour de cette mission citoyenne.

Gethème: Quel peut être l’apport d’une Boutique des sciences dans un contexte de tourisme local durable ?

La boutique des sciences permettra aux étudiants et étudiantes en tourisme de réaliser des projets de recherches pratiques dans le cadre de leur formation en réponse à des besoins exprimés par des promoteurs d’activités touristiques. Les enseignants auront de ce fait la charge d’encadrer les étudiants à cet effet. Tout ceci facilitera la découverte au niveau des étudiants des communautés dans toute leur diversité et leur complexité, et la prise en compte des enjeux locaux du tourisme durable, en d’autres termes des enjeux du tourisme local durable.

Gethème: Alors, en quoi le tourisme local durable est donc prometteur ?

Pour moi le tourisme local durable est prometteur dans la mesure où il permet la prise en compte des réalités locales. En effet, la solution promue par la Professeure Florence Piron en l’occurrence la boutique des sciences est innovent et si on s’en inspire, elle permettra de développer un tourisme local durable au niveau des communautés. Cela, par le respect et la prise en compte des savoirs endogènes et des besoins de ces communautés en termes de valorisation de leurs potentialités touristiques.

Gethème: Les étudiants n’auront-ils pas des difficultés à s’adapter aux principes de la boutique des sciences ?

Non, je ne pense pas. Il faut dire que le système d’enseignement actuel ne permet pas une certaine prise de décision et d’initiative chez les étudiants, mais les plonge dans un certain complexe. Ils attendent tout de leur professeur. Ils ont du mal à proposer des solutions aux problèmes qui les entourent. Pour Florence Piron, le programme de formation doit être pensé autrement.

Il faut déceler les failles et ensuite proposer quelque chose de nouveau aux apprenants tout en ne dénaturant pas le cours normal de la formation. La boutique des sciences répond donc à ce problème par l’implication des étudiants en tourisme dans la construction de solutions en rapport avec le tourisme local durable.

Ce dispositif permettra au tourisme local durable d’être promu et permettra aux étudiants et aux acteurs de l’univers touristique d’innover le tourisme en Afrique et de façon plus étendue dans le monde.

Gethème: Merci Emmanuel pour ce riche échange. Quel est donc ton mot de fin ?

Comme mot de fin, je peux dire qu’en me positionnant comme futur scientifique analyste de l’univers touristique, je compte développer le concept de tourisme local durable qui apparaît comme une activité prometteuse en référence au dispositif de la boutique des sciences et aux principes du développement local durable tels que définis par Florence PIRON.

Le développement touristique dans la région de San Pedro

GETHEME : Quel est le poids aujourd’hui du tourisme dans l’économie mondiale ?

YALETY : Le tourisme aujourd’hui est l’une des activités les plus prisées du monde car il représente environ 10% du PIB mondial selon l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT). Il contribue ainsi à booster l’économie des pays. Pour qu’il parvienne à ce stade où il représente un fer de lance dans une économie, il faudrait qu’il puisse être développé; en d’autres mots, il faudrait parler d’un « développement touristique ».

GETHEME : A quoi renvoie donc le développement touristique ?

YALETY : Le développement touristique peut être défini comme l’amélioration du cadre touristique. C’est-à-dire un progrès efficient dans le domaine touristique.

GETHEME : En Côte d’Ivoire plus précisément à San Pedro deuxième ville portuaire du pays, le développement touristique suscite des intérêts chez les résidents de cette région au regard de son potentiel touristique. Selon toi, quels sont les différents facteurs clés qui pourraient produire un développement touristique dans cette région ?

YALETY : Comme facteurs clés on peut citer: les infrastructures, les équipements touristiques, la sécurité, la politique touristique et le professionnalisme.

GETHEME : Comment peut-on définir les infrastructures et en quoi peuvent-elles entraîner le développement touristique dans la région de San Pedro ?

YALETY : On peut définir les infrastructures comme l’ensemble des éléments constituant la base nécessaire à l’édification et au fonctionnement d’un système, abstrait ou concret. Comme exemple d’infrastructures, on peut citer les routes, les ponts, les hôpitaux, les commissariats, les écoles, les aéroports et bien d’autres. Pour donc parler de développement touristique dans la région de San Pedro, il faudrait que ces éléments cités ci-dessus soient plus représentatifs. C’est-à-dire en plus d’être matériels et opérationnels, il faut qu’ils soient en grand nombre, de sorte à permettre aux visiteurs d’être dans de meilleures conditions durant leur séjour.

GETHEME : Après avoir énuméré les équipements touristiques, peux-tu préciser la condition à laquelle ces équipements peuvent favoriser un développement touristique dans la région de San Pedro ?

YALETY : Comme équipements touristiques, on peut citer les hôtels, les restaurants, les bars, les stations balnéaires, les espaces de jeux etc. À ce niveau, il faudrait avoir aussi tous ces équipements de façon représentative dans la ville de San Pedro, mieux qu’ils soient accessibles à tous. Ainsi les visiteurs qui viendront seront dans une vision touristique.

GETHEME : En quoi la sécurité peut faciliter un développement touristique dans la région de San Pedro ?

YALETY : C’est dans le sens où il ne faudrait pas qu’un visiteur dans la ville de San Pedro se sente en danger, qu’il ait une assurance en termes de protection de sa personne et de ses biens.

GETHEME : Quelles politiques en lien avec le tourisme doivent être adoptées en vue d’impulser un développement touristique dans la région de San Pedro ?

YALETY : Les autorités de la région de San Pedro doivent mettre en place une très bonne politique touristique qui faciliterait le déplacement des personnes vers la ville de San Pedro. Comme politiques, elles pourraient par exemple travailler sur la promotion et la valorisation des sites touristiques de la région de San Pedro en identifiant tous les sites touristiques de la ville qui pourraient intéresser les visiteurs et en les mettant sur une plateforme web à l’effet d’attirer plus de visiteurs dans la ville. Aussi, en créant une documentation en lien avec les potentialités touristiques de la région.  Elles pourraient travailler en partenariat avec les agences de voyages à l’effet de réduire le prix du transport de la destination San Pedro.

L’État pourrait par ailleurs inciter les bailleurs de fonds à investir dans le secteur du tourisme dans la région de San Pedro en allégeant les différentes taxes fiscales. En agissant ainsi, l’État serait en train de créer les conditions d’un développement touristique dans cette région.

GETHEME : Comment le professionnalisme peut faciliter le développement touristique de la région de San Pedro ?

YALETY : Il faudrait que les personnes qui travaillent dans le secteur touristique soient des personnes compétentes et ayant des qualifications en la matière et que le service dans les différentes structures touristiques soit de qualité. Pour parvenir à ce résultat, il faudrait créer des centres de formation, des universités dans la ville de San Pedro pour former toutes personnes voulant exercer dans le secteur touristique.

GETHEME : Quelle peut être la finalité d’un développement touristique dans la région de San Pedro ?

YALETY : La finalité d’un développement touristique dans la région de San Pedro est de garantir d’abord aux visiteurs la satisfaction en termes de plaisir, de joie et de bonheur. Ensuite, d’assurer une amélioration des conditions de vie des populations locales et enfin créer le profit escompté pour les différents investisseurs publics et privés dans le domaine touristique.

GETHEME : Que devons-nous retenir du thème : le développement touristique dans la région de San Pedro ?

YALETY : En somme, retenons que le développement touristique dans la région de San Pedro se fera à partir de la combinaison de ces différents facteurs énumérés un peu plus haut (infrastructures, équipements touristiques, politiques touristiques, sécurité et professionnalisme). Dès lors que ces éléments sont réunis et procurent une satisfaction aux visiteurs, améliorent les conditions de vie des populations locales en leurs garantissant le plein emploi et assurent des profits aux investisseurs (publics et privés), nous pouvons dire que la région de San Pedro est une région où il y a un développement touristique. Par ailleurs, au regard de ces différents aspects élucidés, pourrions-nous dire qu’il existe un développement touristique à San Pedro ?

GETHEME : Beau questionnement! Serais-tu disponible pour participer à une étude prospective en vue d’établir un état des lieux du développement touristique dans la région de San Pedro ?

YALETY : Oui je suis disponible pour participer à une étude prospective afin d’apporter ma modeste contribution à l’édification du tourisme dans cette sublime région de San Pedro et même dans toute la Côte d’Ivoire.

GETHEME : Merci

Mon rôle de sociologue au département Tourisme, Espace et Société de l’Université de San Pedro

En référence au métier de sociologue, mes proches me questionnent souventes fois sur le contenu de mes cours au département “Tourisme, Espace et Société” rattaché à l’Université de San Pedro. Je leur précise d’emblée que relativement à ma posture de sociologue, je ne suis pas un promoteur du TOURISME et que je ne forme pas mes étudiant.e.s dans ce sens. D’autres enseignant.e.s ont la charge d’exécuter cette noble tâche.
Me concernant, je forme plutôt mes étudiant.e.s à analyser par exemple, les formes de Tourisme (Tourisme durable, Tourisme communautaire, Eco-tourisme, Tourisme religieux, Tourisme rural…) comme constituant diverses modalités de pratiques sociales.
En creux, ces étudiant.e.s devraient au terme de leurs formations être capables de saisir les raisons et les croyances associées aux pratiques touristiques; dégager les transformations sociales (aussi bien positives que négatives) qu’elles induisent dans les communautés et préciser entre autres les normes formelles et/ou informelles qui limitent et/ou accentuent la diffusion de ces différentes formes de tourisme.
Ces étudiant.e.s pourront, à la suite de leur analyse sociologique, déboucher sur la formulation de recommandations à l’endroit des acteurs de l’univers touristique. Ou, concevoir des projets à caractère touristique qui intègrent l’éthique épistémique, la justice sociale et le respect des règles structurant le vécu des communautés locales au sein desquelles seront implémentés lesdits projets.

Tourisme communautaire : enjeux et perspectives

Entretien avec ATTA Lorraine, étudiante en Tourisme, Espace et Société à l’Université de San Pedro, Côte d’Ivoire.

Gethème: Bonjour Lorraine, pourquoi as-tu choisi cette thématique ?

Lorraine: Alors monsieur, j’ai choisi le tourisme communautaire car c’est un domaine assez méconnu de tous, c’est vrai on entend parler de cette forme de tourisme, et ce qu’elle apporte est véritablement bénéfique mais, j’ai l’impression qu’on ne s’en rend pas compte. C’est donc pour mieux avoir des connaissances.

Gethème: Que sais-tu du tourisme communautaire ?

Lorraine: Le tourisme communautaire est une forme de tourisme dans laquelle les populations locales se mettent en synergie avec leur environnement pour en faire une attraction touristique. Elle est souvent basée sur l’écotourisme. Les populations gèrent elles-mêmes ce tourisme et répartissent en part équitable les retombées.

Gethème: “La réussite d’un projet de tourisme communautaire se concrétise souvent sur sa viabilité et sa vision sur le long terme.” Peux-tu expliciter cette assertion ?

Lorraine: En effet, le projet doit respecter des aspects écologiques pour que les générations futures puissent profiter de celui-ci et développer ainsi la localité. Il doit perdurer et être présent dans le temps et à long terme il doit avoir des retombées positives.

Gethème: Qu’est-ce qu’il faut faire concrètement pour qu’il perdure dans le temps?

Lorraine: Monsieur, il faut former les populations et les amener à avoir de l’engouement pour le projet. Il faudrait que les populations voient l’aspect bénéfique et le profit qu’elles peuvent en tirer. Si les populations n’en ont pas envie, cela ne durera pas. Il faut que les populations s’approprient le projet.

Gethème: Pourquoi dit-on qu’un comportement respectueux et une grande cohésion entre tous les acteurs favorisent un tourisme communautaire réussi?

Lorraine: Tout d’abord sans cohésion il ne peut avoir d’entente dans une communauté et sans entente il n’y a pas de développement. Les acteurs doivent coopérer pour la réussite de ce tourisme en partant des agences de voyages aux populations. Les touristes doivent avoir un comportement respectueux car cela donnera le courage aux populations de mieux les recevoir et d’être accueillantes.

De-Laverdure: Quelle est la caractéristique principale du tourisme communautaire ?

Lorraine: La caractéristique principale du tourisme communautaire est qu’elle est typiquement liée aux populations locales et le fait qu’elle gère elles-mêmes ce tourisme.

Ourigbalé: As-tu connaissance de localité en Côte d’Ivoire où le tourisme communautaire se pratique ? Si oui, où et comment concrètement ?

Lorraine: Je ne pense pas qu’en Côte d’Ivoire on ait développé ce type de tourisme , cependant nous avons le Bénin soutenu par l’OMT (Organisation Mondiale du Tourisme) et par le biais d’une fondation accompagne une communauté béninoise qui vit autour d’une réserve naturelle. Cette communauté met en valeur son artisanat et sa culture et elle prend conscience de la préservation de cette réserve. Le parc national de Taï pourrait être une première dans le tourisme ivoirien.

Gethème: Il y a effectivement une forme de tourisme communautaire en balbutiement à Grand Béréby dans le village de Gbôwé. Ce tourisme est pour l’instant axé sur l’organisation de plage de nuit par les jeunes du village. Ils ont besoin de vos compétences pour bonifier cette activité en les aidant à identifier de véritables circuits touristiques qu’ils pourront adjoindre à l’organisation de cette plage de nuit.

De-Laverdure: Aussi dans le village de tabaoulé dans cette même région de Grand Bereby, il existe une forme de tourisme communautaire.

Siemo: Merci chère condisciple, ma question est la suivante : Quel rapport y’a-t-il entre le Tourisme communautaire et le développement durable ?

Lorraine: Le tourisme communautaire est une forme de réponse au développement durable. Par exemple, elle permet aux populations de prendre conscience de la valeur de leurs ressources. Le fait de voir quelqu’un qui s’intéresse à ce que toi tu pensais être banal et en plus d’avoir une rémunération te pousse à protéger cette ressource et donc sans le savoir on pratique le développement durable.

Lorraine: Oui , car il pourvoit des emplois, réduit l’exode rural, crée de la visibilité à la localité

Yalety: Quels sont les problèmes que pourrait rencontrer le tourisme communautaire en Côte d’Ivoire ?

Lorraine: Alors Cédric, le tourisme communautaire pourrait rencontrer plusieurs problèmes, au niveau des infrastructures de santé , les appréhensions des touristes face aux maladies et au terrorisme. A un manque d’expertise des populations locales.

Siemo: Merci bien et comment rehausser le Tourisme communautaire en Côte d’Ivoire ?

Emmanuel: Penses-tu que le tourisme communautaire pourra être développé en Côte d’Ivoire et pourra être un facteur de développement du tourisme dans le pays?

Adams: Quel mécanisme pouvez-vous nous proposer pour diffuser le tourisme communautaire en côte d’ivoire ? Comment doit-on inciter la population locale à pratiquer le tourisme communautaire ?

Lorraine: tout cela passe par la bonne formation des populations locales sur la manière de gérer et de recevoir les touristes, par une bonne stratégie marketing, par le bonne coopération de l’Etat en répondant aux besoins des populations locales en matière de produits de première nécessité. Pour inciter les populations à la pratique du tourisme, moi je pense que tout part des parents et de l’école ivoirienne. Dès le plus jeune âge, il faut que les écoles organisent des sorties dans les localités pour qu’on se familiarise à cet environnement. Il ne suffit pas seulement de faire des sensibilisations par affiches ou autres, mais de mener des actions pour que les populations voient elles-mêmes leur potentialités touristiques.

Gethème: Merci à tou.te.s pour vos différentes questions. Lorraine, serais-tu disponible pour la visite d’un village à San pedro à l’effet d’y développer une forme de tourisme communautaire ?

Lorraine: Oui monsieur, je suis partante j’aime les choses qui se font sur le terrain.

Gethème: Fabuleux

Reformulons nos idées et agissons en complémentarité.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search